La définition de

Memphis-Misraïm

par Jean Bricaud

 

La définition, la plus complète et synthétique, que nous pourrions donner du rite de Memphis-Misraïm, dans sa dimension tout à la fois spirituelle, hermétique et initiatique, est celle de Jean Bricaud.

Il est cependant à remarquer que quelques points concernant l'échelle maçonnique d'alors ont évolué, après le Convent de Bruxelles de 1934 et lors de la Grande Maîtrise de Robert Ambelain.

 

Extrait du Bulletin Officiel de l'Ordre n°1, Saint Jean d'Eté 1933.

 

LE RITE DE MEMPHIS-MISRAÏM

Le Rite Oriental Ancien et Primitif de Mempis-Misraïm, fusion du Rite Oriental Ancien et Primitif de Memphis établi en France en 1838, par le F. Jean-Etienne Marconis de Nègre et du Rite Oriental de Misraïm ou d'Egypte importé dItalie en 1815, par les FF. Bédarrides, est l'héritier des traditions maçonniques du dix-huitième siècle, dont il a gardé les sages principes, la force morale et la discipline.

 

Il est ouvert à tous les hommes libres et de bonnes mœurs, qui veulent travailler à dégros­sir la pierre brute, la polir et lui donner une forme cubique. Cette pierre doit servir à la cons­truction du Saint Temple, fondé sur la Sagesse, décoré par la Beauté et soutenu par la Force, que les Maçons ont entrepris d'élever sous les auspices et à la gloire du Sublime Architecte des Mondes.

 

Respectant par-dessus tout les principes traditionnels de la Franc-Maçonnerie, qu'il a maintenu et veut maintenir intacts, le Rite de Memphis-Misraïm tient à déclarer qu'il respecte l'indépendance des autres Rites, et comme il ne s'immisce en rien dans les actes émanant de leur autorité, il entend que les autres Rites agissent à son égard de la même manière.

 

L'échelle maçonnique, dans le Rite de Memphis-Misraïm, a quatre-vingt-quinze degrés, divisés en quatre-vingt dix degrés d'instruction et cinq degrés officiels. Il existe de plus un quatre-vingt-seizième et un quatre-vingt-dix-septième degré, apanage des Grands Maîtres et du Grand  Hiérophante du Rite.

 

Les degrés d'instruction sont divisés en trois séries et sept classes qui sont bien moins des rangées de degrés que des écoles où sont enseignées les Sciences Maçonniques.

La première Série, qui constitue la Maçonnerie Symbolique, enseigne la partie morale, reposant sur lia connaissance de soi-même. Elle offre l'étude des symboles, des emblèmes et des allégories ; elle dispose les initiés à l'étude de la philosophie maçonnique.

 

La deuxième Série, ou Maçonnerie Philosophique, comprend l'étude de l'histoire, de la philosophie et des Rites maçonniques les plus universellement répandus, ainsi que des mythes poétiques de l'antiquité et des initiations anciennes.

 

La troisième Série qui constitue la Maçonnerie Occulte ou Hermétique, renferme le com­plément de la partie historique et philosophique ; elle étudie le mythe religieux dans les dif­férents âges, de même crue toutes lies branches de la science appelée occulte ou secrète. Enfin, relativement à la Maçonnerie, elle en fait connaître la partie mystique et transcen­dante et admet les études occultes les plus avancées.

 

Non seulement chacune de ces trois séries est formée de plusieurs divisions dans lesquel­les sont conférés tous les degrés maçonniques modernes, mais encore, tout en conduisant progressivement à travers lies anciens mystères où se révèle la raison d'existence de ces degrés, la dernière Série révèle l'ésotérisme de la Maçonnerie, la Gnose, cette connaissan­ce qui s'est perpétuée de siècle en siècle jusqu'à nous et illumine aujourd'hui notre institu­tion.

 

Tels sont, brièvement résumés en quelques lignes, l'origine, le but et l'organisation de l'Ordre Maçonnique Orientale Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm.

 

D'après ce qui vient d'être dit, on comprendra facilement que le Rite de Memphis-Misraïm ne peut convenir qu'à un nombre très restreint d'individus Ils se recrutent principalement parmi les étudiants de l'Occultisme et de l'Hermétisme lesquels, du fait de leurs études; sont plus aptes que les autres à comprendre l'ésotérisme de la Maçonnerie, ainsi donc parmi les Maçons studieux qui ne se contentent pas de savoir faire certains signes, d'apprendre la prononciation de certains mots dont ils ignorent le sens, ou de se donner des airs mysté­rieux, mais sont désireux de remonter jusqu'aux causes premières, jusqu'à la source réelle de nos institutions et d'étudier la partie occulte et transcendante de la Franc-Maçonnerie.

 

Jean Bricaud,

Grand Maître Général de l'Ordre.

 

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now